TRIMESTRIEL D’INFORMATION
DE LA WALLONIE DESTINÉ AUX CITOYENS

Septembre 2016 | Gratuit | n° 39

cov38
Wallonie
39

Le confort
énergétique à l'école,

pensez-y durablement !

Sommaire

Edito

Excellente rentrée !

C’est sous la bannière d’un Pacte pour un enseignement d’excellence que s’est faite la rentrée scolaire 2016-2017. Pour rivaliser avec les États/Régions à la pointe en la matière, la qualité de notre enseignement doit en effet encore progresser en matière d’équité, de performance, de modernité et d’efficacité. L’enseignement, premier vecteur de développement personnel et collectif, mérite, c’est certain, toute notre attention ! C’est précisément ce que nous avons choisi de faire dans cette édition 39 de Énergie4.

Des études démontrent que les performances scolaires des élèves dépendent aussi du confort dans lequel ils évoluent. Ventilation, surchauffe, éclairage ou acoustique sont des sujets que les directions d’écoles doivent aussi aborder. Notre dossier thématique et le témoignage d’une école conçue de manière exemplaire y sont consacrés.

Ensuite, et indépendamment des infrastructures qui les accueillent, les enfants représentent à l’école un public clé de sensibilisation à l’utilisation rationnelle de l’Énergie. C’est à l’école aussi que se prennent les bonnes habitudes ! Enseignants, parents ou membres de comités organisateurs trouveront dans cette édition de bonnes pratiques à partager au sein de leurs établissements et des sources d’information dans lesquelles aller puiser.

À tous, nous souhaitons une rentrée scolaire où la recherche de l’excellence combine les meilleures pratiques éducatives et environnementales.

Annick Fourmeaux
Directrice générale
Direction générale opérationnelle Aménagement du territoire, du Logement, du Patrimoine et de l'Énergie

Guichets Énergie Wallonie

Tous les Guichets sont ouverts du mardi au vendredi, de 9 à 12 heures ou sur rendez-vous.

ARLON

BRAINE-LE-COMTE

CHARLEROI

EUPEN

HUY

LIBRAMONT

LIEGE

MARCHE-EN-FAMENNE

MONS

MOUSCRON

NAMUR

OTTIGNIES

PERWEZ

PHILIPPEVILLE

TOURNAI

VERVIERS

+ Des permanences décentralisées

BASTOGNE

BEAURAING

BIÈVRE

CERFONTAINE

CINEY

COUVIN

DOISCHE

FLORENNES

GEDINNE

HAMOIS

HASTIERE

HAVELANGE

HOUFFALIZE

HOUYET

NEUFCHÂTEAU

ONHAYE

PHILIPPEVILLE

VIELSALM

VIROINVAL

VRESSE SUR SEMOIS

WALCOURT

WELLIN

YVOIR

Cliquez sur le nom d'une localité pour avoir plus d'information !

Retrouvez toute l’actualité du département de l’énergie et du bâtiment durable sur les réseaux sociaux

twiter twitter.com/EnergieWallonie

facebook Portail de l’énergie en Wallonie

ÉNERGIE 4 :

Trimestriel du Service public de Wallonie, Direction générale opérationnelle Aménagement du territoire, Logement, Patrimoine et Énergie.

COMITÉ DE RÉDACTION :

Gwendoline Gérard, Monia Ben Slama, Lise Johnson et Véronique Joassart.

ÉDITEUR RESPONSABLE :

Annick Fourmeaux
Rue Brigade d’Irlande, 1
5100 Jambes

COPYRIGHT :

Toute reproduction, même partielle est encouragée, sous réserve de la mention précise : « Énergie 4 - Service public de Wallonie - Juin 2015 »

ABONNEMENTS :

  • via le site
  • par courriel
  • par téléphone : 0800/11901
  • par courrier postal : SPW – DGO4
    Département de l’Énergie et du Bâtiment durable à l’attention de Gwendoline Gérard Chaussée de Liège 140-142 - 5100 Jambes
spw

Thema

Le confort de nos enfants à l'école, pensez-y durablement !

Les enfants (et les enseignants) passent chaque année une partie de leur temps au sein de bâtiments scolaires. Qualité de l'air, température, lumière, bruit… sont autant de facteurs qui ont un impact sur leur confort, sur leurs performances mais aussi et surtout sur leur santé. C'est dire si ces paramètres méritent une attention particulière.

Dans le cadre d'un vaste projet de l'Agence internationale de l'Énergie, l’équipe de recherche Architecture et Climat de l'Université Catholique de Louvain (UCL) s'est concentrée sur les bâtiments scolaires. Ce travail, financé par la Wallonie, a donné lieu à la publication d’un ouvrage, rédigé par Sophie Trachte (goo.gl/1KGEpG), et à la création d’un outil internet par Catherine Massart et Coralie Cauwerts.

« L'objectif, explique Catherine Massart, membre de l'équipe de recherche, est de proposer un outil d'aide à la décision pour les concepteurs, directions scolaires, etc. Il est possible d'avoir des objectifs ambitieux, tout en permettant de procéder étape par étape. »

Les auteurs de l'étude ont visité beaucoup d'écoles et rencontré de nombreux gestionnaires de parcs scolaires. « Nous nous sommes rendus compte de l'énorme décalage entre les ambitions d'écoles durables et les réalités du terrain. » Ce constat s'aggrave compte tenu d'une évolution négative : les bâtiments scolaires se dégradent plus rapidement qu'ils ne se rénovent…

L'étude de l'UCL propose donc une démarche et des pistes d'actions que nous avons passées en revue pour vous.

Plus d'informations sur www.renovermonecole.be

Le développement durable en fil conducteur

Les enfants passent beaucoup de temps dans leur classe ; autant qu'ils bénéficient des meilleures conditions pour leur épanouissement et leur santé.

L'approche

Tendre vers le développement durable - qui va de pair avec le confort des élèves - n'est pas une démarche au coup par coup. « Il est essentiel de structurer la réflexion pour permettre d'ouvrir le débat plus largement sur d'autres enjeux. Classiquement, on pense d'abord aux châssis. Mais leur remplacement doit se réfléchir en intégrant les notions de surchauffe, de ventilation hygiénique et d'éclairage. »

Les travaux se réalisent souvent sans vision globale, avec un manque d'interactions entre les différents aspects impactant le confort des élèves et les économies d'énergie. L'opportunité d'un subside mérite une attention au-delà de son objet même.

« Chaque chantier doit constituer un pas vers un objectif global et intégrer les enjeux connexes » résume Catherine Massart, coauteure de l'étude avec Coralie Cauwerts.

G1Plan - Les bâtiments scolaires

L'état des lieux

Si l'objectif est d'améliorer le confort des élèves et de réaliser des économies d'énergie, il est important de cerner au mieux la situation.

« Il ressort de notre étude qu'il n'existe pas de cadastre sur l'état des écoles » regrette la chercheuse. Les informations, quand elles existent, sont partielles et dépendent de différents services (plusieurs directions de la CFWB, les provinces, les communes, certaines institutions privées…).

Catherine Massart recommande donc de procéder à un audit. L'équipe de l'UCL fournit aussi des outils pour dresser un état des lieux.

Une école accessible à tous

Des mesures concrètes et pratiques

Améliorer la qualité de l'air

« Le confort respiratoire est nécessaire au bien-être et à la santé des occupants souligne Catherine Massart. « Les occupants, quel que soit leur âge, sont tous vulnérables face à un air intérieur pollué. Plus l’élève est jeune, plus il sera sensible aux polluants, car son métabolisme est plus rapide. Les enfants respirent plus vite, absorbent plus d’air par rapport à leur masse corporelle, et respirent plus par la bouche que les adultes, ce qui les prive partiellement de la filtration nasale. » Avec à la clé des impacts sur la santé variant selon les types de polluants et leur concentration.

L'amélioration de la qualité de l'air augmente en outre la performance des enfants, comme l'ont montré plusieurs études.

La qualité de l'air est une véritable préoccupation

« Nous avons constaté que la concentration de CO2 est souvent mauvaise, dépassant régulièrement de 4x les normes conseillées » indique Catherine Massart.

Pour améliorer la qualité de l’air, il faut également réduire l’émission de polluants à la source, par des choix appropriés pour les matériaux, produits d’entretien, matériel de bricolage…

« Pour assurer la qualité de l’air nécessaire tout en limitant fortement la consommation énergétique liée à la ventilation, le système de ventilation mécanique contrôlée (VMC) double flux avec une récupération de chaleur sur l’air extrait est une solution intéressante » précise l'auteur de l'étude, tout en admettant le coût élevé d'une telle formule (minimum 6.000 € par classe) qui a un impact positif sur le confort thermique (voir page 5). Il existe toutefois d'autres systèmes, moins performants mais moins onéreux.

Tous les travaux doivent intégrer une réflexion sur l'étanchéité à l'air du bâtiment, sans négliger la jonction avec les fenêtres, toitures et façades. Tout est lié, comme nous l'avons précisé au début de ce dossier.


Chiffre : 1.000 ppm

Un objectif de taux de CO2 inférieur à 1.000 ppm doit être visé dans chaque classe. Un moniteur indicateur de la qualité de l'air intérieure coûte à partir de 130 €.

Améliorer le confort thermique

La température est un élément essentiel dans le confort d'un enfant, qui est plus affecté par les changements de températures qu'un adulte.

Dans une classe, différents critères interviennent, mais le confort thermique dépend fortement de la température ressentie, soit la moyenne de la température de l'air et de la température des parois.

« Le système de chauffage concentre des enjeux de confort, d’économie financière et de réduction des impacts environnementaux » relève la coauteure de l'étude.

« On ne peut pas garder les logiques des habitations ou des bureaux  ; une classe n'est occupée que 20 à 25  % du temps et la demande de chaleur porte principalement sur le matin. La régulation est donc essentielle. C’est souvent le moyen le plus facile de faire des économies d’énergie substantielles sans investissement majeur. »

Le fonctionnement de la chaudière tout comme le réseau de distribution (tuyaux, radiateurs…) méritent aussi toute l'attention. La réflexion est évidemment plus importante en cas de construction neuve, puisque toutes les hypothèses peuvent alors être examinées. Il faut éviter certaines idées reçues (ex. : combiner chauffage et eau chaude sanitaire n’a d’intérêt qu’en cas de gros besoin en eau chaude).

D'une manière générale, le site web www.renovermonecole.be propose des exemples didactiques éclairants.

« Notre conseil est d'utiliser des systèmes relativement simples sans choisir les techniques les plus pointues. Les écoles n'ont pas les compétences en interne pour assurer la gestion - et donc la régulation – et faire appel à la sous-traitance coûte cher tout en rendant le fonctionnement des systèmes totalement dépendant d’autrui. »

L'isolation est donc un facteur primordial. Attention toutefois au phasage des travaux  ; si on isole, la puissance de la chaufferie va pouvoir être fortement diminuée, mais si les travaux d’adaptation de la chaufferie ne suivre pas rapidement la surchauffe sera au rendez-vous.

Le réflexe le plus courant consiste en un remplacement des châssis. Mais la réflexion doit aller plus en profondeur. « C'est l’occasion, rappelle Catherine Massart, de se demander si les fenêtres sont adéquatement dimensionnées et positionnées, pour satisfaire le confort visuel de l’occupant tout en faisant la balance avec les déperditions thermiques, les gains solaires, l’esthétique du bâtiment, le besoin de ventilation, le besoin de vues sur l’environnement extérieur… ».


Chiffre :
20-25 %

Le taux d'occupation annuel moyen des classes.

L'enjeu est sérieux puisque les consommations énergétiques des écoles représentent un budget important. Et des économies sont parfois relativement accessibles en luttant contre la surchauffe et en récupérant à bon escient la chaleur du soleil. Encore faut-il y réfléchir avant les travaux !

Au-delà de la protection contre la pluie, la toiture constitue aussi un élément déterminant dans l'isolation d'un bâtiment. Le bât blesse à ce niveau dans de nombreuses écoles. « Les pertes de chaleur à travers la toiture sont souvent importantes, en plus des infiltrations d’air nombreuses » note Catherine Massart.

Comme pour les murs, les techniques et matériaux diffèrent, sans même nécessairement tenir compte des spécificités du lieu  : inclinaison de la toiture, utilisation ou non des combles…

En plus des châssis, l'isolation s'obtient également à travers les façades. Plusieurs techniques existent et la préfabrication peut permettre de raccourcir le temps d’intervention, qui est une contrainte très forte dans le cas des écoles.

Le choix des matériaux répond aussi aux objectifs poursuivis (performances énergétiques, esthétique, coût…). Le site web www.renovermonecole.be rentre dans les détails pour aider à la décision en la matière.

6ÈME SAISON DU CHALLENGE « ÉCOLE ZÉRO WATT »

Avec le challenge « École Zéro Watt » et aidés par des accompagnateurs spécialisés en éducation à l’énergie, les élèves sont éveillés aux enjeux de l’énergie : débusquer les consommations inutiles dans l’école ou apprendre de nouveaux gestes pour réaliser un maximum d’économie d’énergie électrique.

La 6ème édition est organisée du mardi 8 novembre 2016 au mercredi 8 mars 2017. Plus d'infos sur
www.ecolezerowatt.be


Chiffre :
20-23 °C

C'est la température opérative optimale. Au-dessus de 25°C, la performance baisse fortement.

Différentes techniques sont utilisées pour l’isolation des toitures, comme la projection de mousse par l’intérieur.

Améliorer le confort acoustique

Le bruit, voilà bien un point commun à toutes les écoles, même en région rurale. Les enfants, ça vit, ça bouge, ça crie  ! Il existe pourtant des mesures favorables à la limitation des nuisances sonores qui influencent la qualité des apprentissages et le comportement social des élèves.

« Une bonne isolation (fenêtres, façades) protège des bruits extérieurs » souligne Catherine Massart. « De plus, certains revêtements (synthétique, en liège, matériaux absorbants comme les panneaux acoustiques,

rideaux…), des aménagements intérieurs ou encore le choix du mobilier (avec embouts en caoutchouc ou des trucs et astuces comme des balles de tennis trouées…) permettent d’améliorer le confort acoustique dans les locaux. »

En la matière, des mesures parfois peu coûteuses peuvent donc améliorer la situation.

Les sources de bruit dans les écoles sont diverses et variées, provenant du bâtiment ou de l’extérieur, inhérente aux activités ou aux équipements.
Source : goo.gl/4kivWL

Améliorer le confort visuel

Cette notion ne concerne pas que les classes mais bien tous les lieux d'apprentissage : ateliers, salles de sport, laboratoires de sciences, etc.

« Assurer le confort visuel des enfants, rappelle la coauteure de l'étude, c’est leur assurer des conditions lumineuses favorables à une vision sans fatigue, c’est-à-dire une vision ressentie comme non désagréable et dans laquelle le corps humain n'a pas d'efforts à faire pour bien voir et se sentir bien. »

L'amélioration du confort visuel passe par des actions - ou des choix - parfois simples à mettre en œuvre :

  • privilégier la lumière naturelle
  • dimensionner correctement les équipements de lumière artificielle, et assurer une bonne maintenance
  • opérer les choix adéquats de coloris de peinture, de mobilier, et en aménageant le local en fonction de la position des fenêtres et des luminaires.

Vive le contact avec la nature !

Les facteurs influençant le confort visuel

  • la source lumineuse (majoritairement artificielle ou naturelle ? Éclairage fluorescent ou à LED ?…)
  • l’ambiance lumineuse (niveau de lumière, présence d’éblouissement et de reflets, ombres gênantes, contrastes dans le champ visuel…)
  • l'élève (âge, taille, pathologie de la vision…)
  • l’activité à réaliser (lecture, écriture, chant, sport, travaux manuels…)

Parmi les précautions simples à prendre, évitez de coller sur les vitrages les dessins, affiches ou cartes géographiques qui constituent de réels obstacles à la pénétration de la lumière naturelle dans le bâtiment.

Paroles d’expert

Une école se réfléchit

Olivier Henz est architecte dans le bureau d'architecture FHW à Verviers. Il vient de mener à bien la rénovation/construction de l'école de Butgenbach. Cette réalisation est exemplative d'une infrastructure scolaire aménagée dans le respect du développement durable et du confort de travail des élèves. Elle est d’ailleurs lauréate de l’appel à projets « Bâtiments exemplaires Wallonie ».

Le projet de Butgenbach en quelques chiffres

  • Surface totale : 5.000 m²
  • Surface proposée dans le cadre de BATEX : 4.290 m²
  • Engagement sur la performance énergétique :
    • École : Ew77, K19
    • Ferme pédagogique : Ew54, K18

Les locaux sont reliés par une grande baie vitrée.

Energie4 : Quelle est la genèse du projet de Butgenbach ?

O. H. : Au départ, il s'agissait d'une rénovation énergétique. Pendant la conception du projet, la Communauté germanophone et la commune de Butgenbach – les maîtres d'ouvrage  – ont décidé de créer une école d'inclusion, en intégrant l'école spéciale d'Elsenborn. L'objectif était de réunir valides et moins valides dans une même implantation. Il a donc été indispensable de revoir le mode de fonctionnement et les différents aménagements.

Energie4 : Comment se présente aujourd'hui cette école fondamentale ?

O. H. : Elle compte 3 classes mater-nelles et 6 classes primaires, dans lesquelles les élèves sont mélangés au maximum. Il y a par exemple des regroupements par 2 à 3 années et 2 enseignants par classe. Les équipe-ments se complètent de préaux, d'une salle de sports, d'une médiathèque avec une agora comme élément central, d'un centre PMS, d'une garde-rie, d'une partie administrative… sur une surface de presque 5.000 m². L'en-semble se décline sur 3 niveaux reliés par un ascenseur, mais surtout par un système de rampes, rendant le handi-cap non perceptible. Une galerie vitrée unit les deux bâtiments existants.

Energie4 : Comment avez-vous appréhendé l'approche énergétique ?

O. H. : Nous avons d'abord procédé à un audit énergétique afin de prendre les mesures les plus efficaces, avec la collaboration du bureau d'études Ecorce (spécialisé dans le développement durable et les techniques spéciales) qui a réalisé des simulations dynamiques. Pour contrer la surchauffe des classes, nous avons inversé leur orientation : elles se trouvent désormais du côté Nord, les voies de circulation étant placées au Sud. La ventilation naturelle par grilles de châssis a été remplacée par un système de ventilation mécanique double flux avec récupération de chaleur ; en hiver, l'air est ainsi renouvelé tout en conservant les calories, en été, un by-pass de l’échangeur permet un rafraîchissement nocturne. Cet équipement garantit une qualité constante de l'air, sans concentration excessive de CO2.

Energie4 : Quelles sont les autres mesures mises en œuvre ?

O. H. : L'éclairage étant relativement vieux et gourmand en électricité, nous avons installé une gestion dynamique via des détecteurs de présence et en fonction de la luminosité. Le recours à l'isolation par des matériaux naturels (laine de cellulose), le remplacement de la chaudière à mazout par une chaudière à pellets ou encore le triple vitrage des châssis ont réduit la note énergétique.

Energie4 : Quelles sont les spécificités d'un bâtiment scolaire ?

O. H. : Le taux d'occupation est parti-culier  : le bâtiment est vide en soirée et la nuit, ainsi qu'à certaines périodes de l'année. Et il convient de gérer la température avant le commencement des cours. Car une fois les classes occu-pées, ce sont les charges internes géné-rés par les occupants qu’il faut gérer.

Energie4 : Quel est l'impact budgétaire ?

O. H. : Un surcoût est généré à court terme dans les investissements en techniques spéciales, mais la réduction des charges au quotidien procure un bénéfice financier à long terme.

La circulation des enfants à travers les différents niveaux s'effectue principalement par un système de rampes.

Vous avez dit, appel à projets « Bâtiments exemplaires Wallonie » ?

Les Guichets Énergie Wallonie s’adressent aussi aux jeunes publics

Certes, les Guichets Énergie Wallonie répondent principalement aux questions et besoins des adultes en matière d’énergie, mais ce serait oublier la sensibilisation des jeunes publics ! Proactivement ou à la suite d’une demande, ils peuvent mettre sur pied différentes activités à leur intention. En voici un aperçu avec les Guichets de Braine-le-Comte, Perwez, Verviers et Philippeville.

Au rendez-vous annuel de la journée « Place aux Enfants »

Une fois par an, et ce depuis plusieurs années, le Guichet de Braine-le-Comte est sollicité par le service Jeunesse de la Ville dans le cadre de l’organisation de la journée « Place aux Enfants  ». Annick Godart, consultante au Guichet, explique  : « L’objectif de cette journée est de faire découvrir aux enfants de 10 à 12 ans le métier des commerçants de la ville, leur vie économique, politique, sociale, culturelle et sportive. Les groupes d’enfants choisissent un circuit et peuvent aller par exemple chez le fleuriste puis au Guichet Énergie Wallonie et ensuite chez un apiculteur. Dans notre Guichet, nous recevons 3 groupes de 10 enfants environ pendant deux heures. C’est un laps de temps assez court et donc, nous nous concentrons sur 3 chapitres : les enjeux de l’énergie, les questions de pollutions et, pour se lancer dans une dynamique constructive, les alternatives existantes. Notre objectif est de faire comprendre ce qu’est l’utilisation rationnelle de l’énergie et d’apprendre aux enfants quelques gestes qu’ils peuvent appliquer au quotidien. Tout n’est pas figé et c’est un peu en fonction des questions (ou pas) des enfants que nous progressons. Les enfants se montrent intéressés et contents aussi de recevoir un petit cadeau, comme la BD « L’écologie selon Lagaffe » ou une lampe de poche solaire. »

À Perwez, également dans le cadre de cette journée, c’est une animation didactique et ludique qui est proposée à des groupes d'enfants de 10 et 11 ans se déplaçant en circuits d'activités variées. Chaque séance suit le même déroulé : accueil et remise de matériel, définition de l'énergie, ses différentes sources et son utilisation sur base d’exemples, exercices pour relier les différentes sources aux consommateurs, petites expériences et bricolage, quiz sur la BD Énerg'hic, et distribution d'objets en relation avec la thématique.

Les enfants ne sont pas oubliés durant les salons

L’eau chaude sanitaire intéresse le conseil communal des enfants

En avril 2016, le conseil communal des enfants de la Ville de Verviers, regroupant une quinzaine de jeunes de 11 et 12 ans venant d’écoles différentes, a sollicité l’aide des Guichets. Leur axe de travail étant l’utilisation rationnelle de l’énergie (URE) et l’eau, ils ont été informés sur les différentes manières de produire l’eau chaude sanitaire (ECS).

Au programme : définition de l’énergie et de l’ECS, relevé des consommations types de différents gestes quotidiens, description des unités de mesure employées et des différents types de production… Le tout suivi d’une petite expérience pour estimer le nombre de kWh nécessaire pour chauffer un bain  : la bouilloire dans le rôle du boiler, la bassine dans celui du bain et le thermomètre de bain dans celui du wattmètre. À l’analyse, les enfants qui ont participé à cette expérience ont compris qu’un bain consomme plus de KWh et d’eau qu’une douche, tout en y associant les impacts de type CO2, qualité de l’air, traitement de l’eau…

Un audit énergétique participatif plonge les élèves dans la consommation énergétique de leur école

Plusieurs activités pour les enfants ont déjà été organisées par le Guichet de Philippeville. En particulier, la mise sur pied d’un audit participatif au sein de l’école est une expérience à faire connaître. En collaboration avec l’asbl Coren, c’est une journée complète qui est consacrée à l’énergie. Elle commence bien évidemment par un peu de théorie, mais très vite, les élèves rentrent dans le vif du sujet en réalisant par petits groupes un audit énergétique en direct, au sein même de l’école. Cet exercice permet une prise de conscience par les élèves des points forts et des points faibles de leurs écoles. Ils sont amenés à émettre des propositions concrètes et réalisables pour mieux maîtriser la consommation de l’énergie.


Sommet wallon pour le climat, Emmanuel Druon sera présent le 26 octobre

Avec son Plan Air-Climat-Énergie 2016-2022 adopté en avril dernier, la Wallonie actualise sa politique climatique et renforce ses mesures de réduction de la pollution atmosphérique. Un sommet y sera consacré ces 26 et 27 octobre 2016. Au travers de cet évènement fédérateur, le Gouvernement wallon entend impliquer toutes les parties prenantes et mobiliser les citoyens.

Au programme

  • Le 26 octobre, à 19h30, aura lieu une conférence destinée au grand public en présence de Emmanuel Druon. Ceux qui ont vu le film « Demain » le reconnaitront directement, tout comme ceux qui ont déjà lu ses ouvrages !Emmanuel Druon est un chef d’entreprise qui se consacre aussi aux thèmes de l’écologie et de l’économie circulaire. Depuis 1997, il développe l’entreprise Pocheco qui produit des enveloppes selon des principes « écolonomiques » considérant qu’il est plus économique de produire de manière écologique. «  Écolonomie, Entreprendre sans détruire  » est son dernier ouvrage. Alors que la plupart des entreprises sont encouragées à rechercher la rentabilité à n’importe quel prix, Emmanuel et son équipe font le pari que prendre soin de la planète et des êtres humains assure une véritable pérennité à leur activité. Pocheco a investi dix millions d’euros ces quinze dernières années pour réduire son empreinte écologique et elle a, dans le même temps, réalisé quinze millions d’économies ! Cet ouvrage est le récit de cette aventure, depuis son commencement en 1997 jusqu’à aujourd’hui.
  • Le 27 octobre est dédié à plusieurs colloques sur les thématiques de l’air, du climat et de l’énergie.

Pratiquement

26 et 27 octobre 2016
À Mons, au MICX (Mons International Congress Xperience)

Inscriptions :
http://spw.wallonie.be/dgo4/
site_colloques

Le Plan
Air-Climat-Energie
en images

Nouvelle adresse pour le Département de l’Énergie de la DG04

Mi-septembre, le Département de l’Énergie et du Bâtiment durable de la DGO4 s’installe dans ses nouveaux quartiers, à la Rue des Brigades d’Irlande n°1 à 5100 Jambes.

Dans un bâtiment entièrement rénové situé à côté du Département du Logement, de celui du Patrimoine ainsi que de l’Aménagement du Territoire, l’ensemble des services de la DG04 sont désormais voisins.

L’information est déjà précisée dans les courriers du Département de l’Énergie ainsi que sur le site Portail de l’Énergie en Wallonie. Pour ceux qui auront un formulaire de prime ou un complément d’information à envoyer, soyez donc vigilant !

Pour en savoir plus : http://energie.wallonie.be

Agenda

LES CONFÉRENCES DES JEUDIS DE L’ÉNERGIE À LIÈGE DE 19H30 À 21H00

13 octobre 2016
L’éclairage, comment éclairer efficacement chaque pièce de l’habitation en économisant l’énergie.

10 novembre 2016
Avant l’hiver, préparez votre logement par des petits gestes et des investissements rentables.

8 décembre 2016
Réparez vos objets abimés, c’est de l’énergie épargnée.

Tout le programme sur : goo.gl/3X6307

ÉNERGIVORE - VISITE D’UNE MAISON FICTIVE ÉNERGIVORE EN PRÉSENCE D’EXPERTS & DES GUICHETS ÉNERGIE WALLONIE

8 octobre 2016 à 18h00
Braine-Le-Château (1440) - Ancienne Gare, rue de la Station 4. Gratuit mais inscription obligatoire : 0471/46.15.14 ou arnaud.doffigny@cpas-rebecq.be

26 novembre 2016 à 18h00
Centre culturel de Rochefort (5580), rue de Behogne, 5. Gratuit mais inscription obligatoire : Mme Dominique Vangheluwe - 084/22.06.67 ou dominique. vangheluwe@cpas-rochefort.be

RETROUVEZ LES GUICHETS ÉNERGIE WALLONIE DANS LES SALONS THÉMATIQUES

Du 30 septembre au 3 octobre 2016
Salon Habitat Passion à Libramont - www.habitat-passion.com

20, 21, 22 et 23 octobre 2016
Salon Énergie & Habitat à Namur - www.energie-habitat.be

18, 19, 20 novembre 2016
Salon Énergies + à Marche-en-Famenne www.energiesplus.be.
CODE PROMO pour obtenir une entrée gratuite au salon : www.energiesplus.be/code-promo/energie4

25 et 26 novembre 2016
Salon Batihoreca à Perwez - www.batihoreca.be

Du 26 novembre au 4 décembre 2016
Salon HABITAT à Liège - www.salonhabitat.be

ET ENCORE…

7 et 8 octobre 2016
Le Village de l'énergie de 10h à 18h, Place Saint-Étienne

8 et 9 octobre 2016
Visitez des « Bâtiments Exemplaires Wallonie » dans le cadre du week-end « Maisons et architectes ».
Pour en savoir plus sur ce WE : www.maisonsetarchitectes.be
Plus d'infos sur les réglementations en matière de PEB et les bâtiments exemplaires : voir n° 37 de Énergie4 via goo.gl/ZLHNba

28 et 29 octobre 2016
Journées des économies d’énergie à Vielsalm.
Plus d’infos : Mme Isabelle Colson, Directrice générale du CPAS 080/21.41.85 ou isabelle.colson@cpas-vielsalm.be

Météo des énergies renouvelables

Un été en mode Diesel

Cliquez sur une des icônes pour avoir plus d'informations.

meteo-solar

meteo-photovoltaique

meteo-wind

belgium

Source : APERe asbl logoapere

Les bons réflexes environnementaux s’apprennent aussi à l’école

Certes, les mathématiques, le français, l’histoire ou la géographie restent les principales matières enseignées dans nos écoles. Mais l’école ce n’est pas qu’un programme scolaire. C’est avant tout un lieu de vie, une communauté où l’éducation environnementale a aussi toute sa place. Énergie4 a compilé quelques bonnes pratiques à adopter et à partager au sein de l’école :

Désignez une personne en charge de faire le tour des classes et des infrastructures pour éteindre toutes les lumières oubliées en fin de journée et pendant les cours, dans les couloirs et locaux inoccupés. N’hésitez pas à mettre en place cette pratique au travers d’un jeu de rôles ou à l’associer à un concours…

Vérifiez que les consignes de chauffage correspondent bien à l'usage des locaux et n’oubliez pas de correctement régler l’enclenchement du chauffage : il est normal que le chauffage démarre plus tard le mardi que le lundi puisque la période de coupure a été plus courte. Dans tous les cas, ne chauffez pas toute l'école pour les seuls besoins du local de garderie et coupez le chauffage durant la nuit, les week-ends et les congés si les locaux ne sont pas occupés… et anticipez en conséquence la relance du matin.

Soyez soucieux des problématiques de mobilité. Recommandez l’usage du vélo et des transports en commun autant que faire se peut. Certaines écoles organisent des taxis pédestres au départ de points de rencontre décentrés pour éviter les embouteillages devant les écoles.

Maintenez la température des classes entre 20 et 21°C et rappelez à tous qu’il faut s’habiller de saison. Cela ne semble pas si évident : « T-shirt en été et pull en hiver ».

Fermez les portes extérieures : chauffer est une chose, garder la chaleur en est une autre. Fermer le plus possible les accès vers l’extérieur, les locaux non chauffés et les portes entre les lieux de cours et les couloirs, permet de ne pas chauffer inutilement des endroits non adéquats… ou la cour de récré.

Ne couvrez pas les radiateurs : en couvrant les radiateurs d’objets ou en plaçant un meuble devant celui-ci, sa surface de chauffe se réduit et son efficacité diminue de 10%.

Envisagez de couper la production d'eau chaude sanitaire si elle n’est pas vraiment nécessaire. Bien souvent, des ballons d'eau chaude sont prévus pour les douches de la salle de gym… qui ne sont pas utilisées. Ne pourrait-on pas utiliser de l'eau froide en règle générale et ne chauffer l’eau que pour des activités particulières (par exemple avec un boiler sous évier pour la cuisine) ?

Valorisez la lumière naturelle, la meilleure pour l’œil humain. Ouvrir les tentures dès le début des activités, éviter les affichages sur les fenêtres, bien agencer les bureaux… permettront de profiter au mieux de cet éclairage naturel. N’hésitez pas à dévisser une lampe sur deux près des fenêtres.

Autant que possible, faites des photocopies en recto-verso. Ce n’est pas une réelle économie d’énergie pour la photocopieuse, mais bien pour celle contenue dans la fabrication de la feuille de papier.

Surveillez les électroménagers de la cantine : dégivrez régulièrement réfrigérateurs et congélateurs car deux millimètres de givre augmentent de 10% leur consommation électrique. Réglez la température des réfrigérateurs entre 4 et 6°C et celle des congélateurs à -18°C. Des températures inférieures sont inutiles et coûteuses. Donnez-vous l’objectif de les vider avant le départ en congé, afin de pouvoir le couper !

... Bonnes vacances

Jeunes : qui peut m’aider ?

Vaste est la problématique énergie, mais nombreuses sont les sources d’information ! Pour aider les publics jeunes et le monde de l’enseignement qui les encadre, voici quelques contacts ou sites à recommander :

Le Facilitateur éducation à l’énergie  : un professionnel de l'éducation et de l'énergie à votre disposition pour monter des projets citoyens en matière d'utilisation efficiente de l'énergie dans le cadre scolaire ou parascolaire - goo.gl/srbntE

Le site d'éducation à l'énergie de l’UlG : www.educ-energie.ulg.ac.be

Le concours Ecole Zéro Watt : www.ecolezerowatt.be

Nos outils pédagogiques dédiés dont les cahiers de l’énergie de l’élève et du professeur, des malles pédagogiques, des outils multimédias, des jeux de cartes, une BD… goo.gl/wVFlFk

Le guide du benjamin et poussin de l’environnement : goo.gl/WFmJqj

… Se renseigner autour de soi, dans d’autres établissements scolaires ou institutions publiques est également un moyen de découvrir et de partager des outils intéressants. C’est le cas notamment de la vidéo « Ma voisine et moi » réalisée par le CPAS de Herstal : « La cigale et la fourmi habitent dans le même immeuble. Alors que la fourmi est très attentive à ne pas gaspiller l’eau, le chauffage et l’électricité, la cigale se soucie peu de sa consommation en matière d’énergie. Jusqu’au jour où elle se retrouve sans eau, ni électricité, acculée de factures… »

À voir ici : goo.gl/Jplz1s